Vous souhaitez professionnaliser votre approche de l'animation de réseau?

Participez à la 22ème promotion du cycle « Animateur de réseau » de l’Académie de la franchise qui débute les 5 et 6 février prochains. 

Formation historique de l’Académie de la franchise® – le cycle « Animateur de réseau » occupe une place à part au sein de la FFF. Organisé en 5 sessions de 2 jours, entrecoupées d’une période d’un mois, cette formation présente et met en pratique les compétences-clés du métier d’animateur de réseau. Pivot de la relation franchiseur/franchisé, l’animateur occupe un rôle très spécifique qui nécessite tout autant un savoir-faire technique que des qualités relationnelles. Laurent Poisson et François Peltier, - tous deux intervenants dans plusieurs formations de l’Académie et experts au sein du Collège de la Fédération française de la franchise -, partagent leur vision, méthodes et outils pour réussir dans cette fonction « multi-facettes ».

 

La position stratégique de l’animateur dans un réseau de franchise

Véritable « courroie de transmission » entre les franchisés sur le terrain et la tête de réseau, l’animateur occupe une fonction centrale dans un réseau. Il doit faire appliquer les directives du siège, remonter les questions du terrain, favoriser l’esprit de cohésion entre franchisés, accompagner les phases de changement…, tout ceci en prenant en compte les spécificités de chacun des membres et la diversité des situations. 

« Le métier d’animateur est véritablement multi-facettes ! Il demande des qualités d’adaptation fortes, tout en gardant un cap : faire progresser les franchisés dans le respect du concept et de l’image de marque. Le challenge de l’animateur est de faire d’un ensemble hétérogène de franchisés, un groupe homogène qui partage un élément en commun : l’adhésion à l’enseigne !», explique Laurent Poisson qui a travaillé à la conception du cycle « Animateur de réseau » il y a près de 10 ans.

Laurent Poisson poursuit : « Quelle que soit la taille du réseau, son ancienneté ou son secteur d’activité, les animateurs sont tous dans la même situation, celle de faire du « management non hiérarchique » auprès d’entrepreneurs indépendants.  En ce sens, le métier est très différent de celui d’un directeur de réseau qui manage des points de vente intégrés pilotés par des salariés de l’entreprise. »

C’est le cas de Jean-Charles Lambert, qui a pris le poste d’animateur de réseau chez Flunch en septembre 2017, après une expérience en tant que directeur régional. « Cette formation a été très structurante et m’a permis de bien cerner les enjeux d’un animateur de réseau : faire en sorte que le franchisé réussisse, tout en respectant les objectifs stratégiques de la tête de réseau. On ne s’adresse pas à des entrepreneurs comme à des salariés : en cas de désaccord, il faut trouver les bons ressorts pour continuer à avancer ensemble. »

 

Une formation destinée à tous les animateurs de réseau : novices ou expérimentés

L’objectif de la formation est de donner aux animateurs les clés et les outils pour être de bons professionnels. En ce sens, elle s’adresse autant à ceux qui démarrent l’activité, qu’à ceux qui en ont déjà une expérience. « Certains sont novices en franchise, tandis que d’autres viennent chercher un second souffle dans leurs pratiques professionnelles. Tous découvrent l’approche comportementale et apprennent à mieux discerner la dimension individuelle et collective d’un réseau. » explique François Peltier, expert au sein du Collège de la FFF depuis 1997, spécialiste des enjeux humains dans un réseau de franchise et formateur au sein de plusieurs formations de l’Académie de la franchise®.

Matthieu Tat Dat Nguyen, animateur réseau de La compagnie du Lit, a participé à la formation, alors qu’il était déjà en poste depuis un an environ. « Cette formation m’a beaucoup aidé pour mettre un cadre à mon activité, comprendre ce qu’on attend d’un animateur et me donner des outils. J’ai pu rencontrer certaines difficultés au démarrage de mon poste, et aujourd’hui grâce à la formation, je me sens mieux armé. Certains franchisés ont même noté des changements dans mon approche, signe que j’avais évolué ! »

 

Devenir un bon animateur : une question de méthodes, d’outils et de savoir-être

Un bon animateur est celui qui dispose d’outils, de connaissances techniques, mais également et surtout d’éléments de savoir-être. Laurent Poisson précise : « Lors de la formation, nous mettons l’accent sur ce que doivent savoir faire les animateurs pour atteindre l’objectif de progression des franchisés : comment dérouler une visite chez un franchisé ? Comment animer une réunion ? Comment lire un bilan ? Comment gérer une période de tension ?...  »  Il poursuit : « Par exemple, nous essayons de réfléchir avec eux à comment présenter la démarche de contrôle aux franchisés pour qu’elle soit bien comprise et vécue comme une opportunité de progresser.  Plus que leur fournir une simple boite à outils, nous essayons de leur expliquer comment mettre en œuvre ces outils pour qu’ils soient perçus positivement. » 

François Peltier, expert sur les aspects comportementaux dans la franchise explique : « Mon approche vise à apprendre aux animateurs comment mieux adapter leur management à la nature de chaque franchisé. Je leur présente les 4 grands modes d’animation - directif, explicatif, participatif ou implicatif -, et les grandes catégories de franchisés en fonction de leur degré de synergie ou d’antagonisme par rapport au réseau. »

Une approche qui plait beaucoup aux stagiaires, comme le confirme Jean-Charles Lambert : « L’analyse psychologique est très puissante. Elle m’a donné beaucoup de clés pour mieux comprendre les comportements humains, anticiper les réactions et pouvoir m’adapter en conséquence. » Matthieu Tat Dat Nguyen partage le même ressenti : « Grâce à l’écoute active, j’ai appris à être plus flexible.  En analysant la posture de mon interlocuteur, je trouve la bonne façon de faire passer les messages. »

 

Une formation très participative, rythmée en 5 sessions de deux jours

 La grande force du cycle « Animateur de réseau » est d’associer enseignements fondamentaux et étude de cas pratiques. « La formation nous fait travailler sur des exercices de co-développement, sous forme de jeux de rôle. Tout le groupe réfléchit ensemble pour trouver le bon discours face à une situation donnée. », commente Matthieu Tat Dat Nguyen.

 Le rythme du cycle lui-même – 5 sessions de 2 jours séparées d’un délai d’un mois – permet d’alterner des phases de formation et de mise en pratique sur le terrain. « Le rythme qui a été choisi permet de voir une vraie progression dans l’apprentissage des stagiaires. Le savoir accumulé en formation s’enrichit sur le terrain. Les animateurs peuvent tester immédiatement et mesurer de façon très concrète les bénéfices de la formation. », explique Laurent Poisson.

 Selon Jean-Charles Lambert : « C’était un peu surprenant de revenir sur les bancs de l’école…, mais c’était très bénéfique ! Devoir travailler entre les sessions oblige à s’impliquer encore davantage dans la formation, et sur tous les aspects. »

 Au cours des 5 sessions, les deux formateurs transmettent à tour de rôle leurs connaissances de manière complémentaire et fluide, selon l’organisation suivante : 

Session 1 : les fondamentaux de la franchise

Session 2 : les outils de pilotage et de contrôle

Session 3 : les bases relationnelles et collectives, le savoir-être

Session 4 : communication et organisation

Session 5 : gestion du temps, des priorités, des tensions…

 

Le cycle « Animateur de réseau » : une formation certifiante

L’Académie de la franchise a obtenu une certification CP-FFP de la Fédération de la Formation Professionnelle (http://www.cpffp.com/). Elle permet de valider les compétences acquises par une personne à l’issue de sa formation.  

Cela implique pour les personnes qui suivent la formation de devoir préparer un oral en fin de cycle, présenté devant un jury composé de spécialistes de la franchise. « Afin d’obtenir son certificat, le candidat doit présenter un plan d’action adapté à la situation de son entreprise. Ceci le place dans une dynamique concrète de professionnalisation de ses pratiques. », explique Laurent Poisson. 

« Tous ces éléments créent un vrai esprit de promotion au sein des personnes qui suivent la formation. Il se noue des liens très forts entre eux, qui favorisent une habitude de benchmarking de leurs pratiques, pendant et après la formation. », poursuit François Peltier.

Un retour d’expérience unanimement partagé par les animateurs, comme en témoigne Matthieu Tat Dat Nguyen : « Ce qui m’a le plus marqué est l’esprit de camaraderie entre nous tous et avec les formateurs.  Nous sommes allés très loin dans le partage de nos expériences. Cette formation a été très forte humainement pour toute la promotion.  Nous continuons à garder des liens et à nous échanger des conseils sur nos problématiques. »

 

Retrouvez le programme complet de la formation ainsi que toutes les informations pratiques sur la page dédiée



Nos partenaires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts En savoir plus